Parc national de la Réunion
-A +A
Share

Les Nuits sans lumière

Eclairage sur le littoral
Eclairages sur Cilaos et Saint-Pierre © Hervé Douris
« In fénoir pour éklèr nout zarlor »
Les Nuits sans Lumière sont organisées chaque année par le Parc national de La Réunion, en partenariat avec la Société d'études ornithologiques de La Réunion (Seor) et avec le soutien du Conseil de la culture, de l'éducation et de l'Environnement (CCEE). Cette opération a pour objectif de sensibiliser à la pollution lumineuse, à ses effets négatifs et aux moyens de la réduire.

Un nombre croissant de partenaires, publics et privés, s'engagent chaque année par le biais de campagnes d'extinction de l'éclairage et d'actions de sensibilisation. Chaque année, sous l'impulsion des partenaires, le nombre de nuits dédiées à l'extinction et aux animations augmentent : 10 en 2015, 20 en 2016 et 25 pour 2017.

Les Nuits sans Lumière sont nées d’un vrai travail collaboratif et participatif. Chaque année, le nombre de partenaires augmentent. Plus de 60 partenaires se sont mobi­lisés en 2016, toutes activités confondues : collectivités, entreprises, bibliothèques, médiathèques, bailleurs sociaux, associations, … 19 communes sur les 24 se sont engagées à éteindre leurs éclairages sur les périodes d’échouage massif des pétrels. Plusieurs se sont aussi appropriées l’événement et proposent plusieurs actions en direction de la population.

Le Parc national joue dans cette opération son rôle de coordonnateur des acteurs du territoire et assure sa mission de sensibilisation du public aux enjeux environnementaux.

Réduire les éclairages, ça sert à quoi ?

1) Améliorer la santé

Troubles du sommeil, de la concentration, agressivité, diminution des performances… Plus de 80 perturbations sont reconnues comme conséquence d'une exposition excessive aux éclairages. Des études montrent même qu'une perturbation du cycles biologique pourrait contribuer à l'augmentation du risque de cancer chez les travailleurs des trois-huit !

2) Réduire sa facture d’électricité

La lumière, ça coûte cher ! Dans les communes des DOM, le poids de l’éclairage public est conséquent. Il représente à lui seul 58% de la consommation totale d’électricité.

3) Diminuer le réchauffement climatique

Réduire sa facture d'électricité, c'est réduire les gaz à effet de serre. Aujourd'hui, au niveau planétaire, l'électricité destinée à l'éclairage public et privé représente environ 15 % de la consommation mondiale et 5 % des gaz à effet de serre.

4) Mieux observer les étoiles

Le terme « pollution lumineuse » a longtemps été utilisé pour désigner le halo lumineux généré par la lumière mal orientée, et donc perdue. Cette lumière diffuse est une véritable gêne pour les astronomes désireux d'observer le ciel.

5) Protéger les pétrels

Le pétrel de Barau et le pétrel noir de Bourbon sont des oiseaux marins endémiques de l'île de La Réunion. En danger critique d'extinction, ils sont directement affectés par les éclairages puissants tournés vers le ciel. Lorsque les jeunes pétrels prennent leur envol depuis les sommets de l'île, le reflet de la lune sur l'océan leur indique naturellement la direction à suivre. Les lumières des villes créent, en revanche, le même effet d'attraction et provoquent alors l'échouage de nombreux pétrels.

Focus : Sur l'île, deux autres espèces s'échouent également à cause des éclairages tournés vers le ciel : Le Puffin de Baillon et le Puffin du Pacifique.

Si vous trouvez un oiseau échoué, contactez rapidement la SEOR au 0262 20 46 65.

6) Préserver les éco-systèmes nocturnes

L'île de La Réunion est un haut spot de biodiversité et enregistre un taux d'endémisme record. L'éclairage massif nuit fortement aux espèces animales de l'île, toutes catégories confondues (insectes, reptiles, chauve-souris...)

7) Protéger les tortues marines

Le nombre de tortues qui viennent pondre sur nos côtes se compte sur les doigts d'une main. En cause notamment, un éclairage massif et mal orienté qui bouscule le cycle de vie des tortues marines.

Pour en savoir plus, consultez le site web des Nuits sans lumière