Parc national de la Réunion
-A +A
Share
Le 25/09/2019

Démantèlement des camps de braconniers le mercredi 25 septembre dans l’Est de l’île

7 camps actifs utilisés pour le braconnage de palmistes et la pêche illégale, ont été démontés.
Ces camps étaient situés sur les massifs de Trou de Fer, Plaine des Lianes, Eden, Takamaka, Bébour, Ilet Patience et Cratère.

Les déchets accumulés ont été rassemblés dans des « big bags », récupérés par un hélicoptère, déposés sur un camion de l’ONF puis amenés dans une déchetterie de la CIREST.

© Parc national de La Réunion
Palmistes coupés © Parc national de La Réunion
Camp de braconniers sur le massif du cratère © Parc national de La Réunion

DE GRAVES IMPACTS SUR LA BIODIVERSITÉ RÉUNIONNAISE

La faune…
Le braconnage implique la réduction des populations d’animaux aquatiques.
Les déchets abandonnés en forêt favorisent la prolifération des rats et des chats, prédateurs des oiseaux forestiers.

La flore…
Le braconnage implique la réduction du nombre de palmistes, orchidées, fanjans, le piétinement et la coupe d’espèces endémiques et indigènes et la dissémination d’espèces exotiques envahissantes.

La qualité de l’eau...
Les piles utilisées par les braconniers pour leur lampe torche, par exemple, les viscères de tangue jetés, les plastiques, les déchets alimentaires ont pour conséquence la pollution de l’eau des rivières.
Certains braconniers n’hésitent pas à utiliser des insecticides ou de l’eau de javel pour récupérer un grand nombre de poissons. Ces techniques illégales polluent massivement les cours d’eau et sont nocives pour la santé des consommateurs de poissons braconnés.

NOUS SOMMES TOUS ACTEURS !

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous rapprocher du Parc national et de ses partenaires lorsque vous découvrez des camps de braconniers. Ces informations sont capitales pour lutter contre le braconnage et la pollution.

Manger des produits braconnés, c’est contribuer à la perte de la biodiversité réunionnaise.

  • Il faut consommer des palmistes qui proviennent uniquement de la filière légale. Des agriculteurs cultivent la même qualité de palmistes. C’est leur métier ! N’achetez que des palmistes poinçonnés.
  • Le tangue s’achète uniquement pendant la période légale de chasse, de février à avril.
  • À La Réunion, il n’existe aucun professionnel de la pêche en rivière. Si l’on pêche en rivière, cela doit être uniquement pour sa consommation personnelle. La vente est interdite.

En partenariat avec l’ONF, la CIREST et EDF.
Plus d’informations ici : Dossier de presse