Parc national de la Réunion
-A +A
Share

La Charte du parc national

La charte du parc national de La Réunion a été approuvée par le décret en Conseil d’État n° 2014-049 du 21 janvier 2014. Elle définit le projet du territoire pour dix ans, à la fois pour le cœur et l’aire d’adhésion. Elle est aussi le plan de gestion des « Pitons, cirques et remparts » inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. A ce jour, 17 des 24 communes de l’île ont fait le libre choix d'y adhérer.

La Charte du parc national définit un projet de territoire, voire un projet de société, pour les Hauts de l'île, axé sur la recherche du meilleur équilibre entre la nécessaire préservation des espaces remarquables et le développement des activités humaines.

Ce projet de territoire s'articule autour de quatre enjeux majeurs, communs au territoire du cœur et de l’aire d’adhésion, complétés par un enjeu transversal, qui irrigue chacun des quatre enjeux thématiques :

  • Enjeu 1 : Préserver la diversité des paysages et accompagner leurs évolutions.

  • Enjeu 2 : Inverser la tendance à la perte de biodiversité.

  • Enjeu 3 : Valoriser le patrimoine culturel des Hauts et assurer la transmission de ses valeurs.

  • Enjeu 4 : Impulser une dynamique de développement économique pour les Hauts.

  • Enjeu transversal : Éducation, sensibilisation et communication.

Ces enjeux se déclinent de façon différenciée et complémentaire pour le cœur et pour l’aire ouverte à l’adhésion, et en fonction des vocations des territoires :

Pour le cœur du parc, espace protégé, la Charte définit une réglementation « sur mesure » (qui s’applique même en cas de non adhésion d’une commune), ainsi que des mesures contractuelles en faveur d’une gestion exemplaire de cet espace à forte valeur patrimoniale. La Charte propose en outre des mesures spécifiques pour le cœur habité et pour le cœur cultivé.

Pour l’aire ouverte à l’adhésion, espace de partenariat, la Charte propose des orientations de développement durable, axées sur la protection et la valorisation des patrimoines naturels, culturels et paysagers.

Un nouveau mode de relations entre le Parc national et les acteurs de son territoire

La libre adhésion d’une large majorité des communes de l’île est un acte fort qui marque leur engagement en faveur d’un projet de territoire collectif et ambitieux.

Cette adhésion confirme et amplifie un nouveau mode de relations entre le Parc national et les acteurs de son territoire, instauré par la loi de 2006 réformant les Parcs nationaux et construit sur une base partenariale et contractuelle.

Ainsi, des conventions d’application de la Charte sont élaborées entre le Parc national et chacune des communes adhérentes, afin d’expliciter et de formaliser cet engagement, de définir la manière de travailler ensemble et d’identifier les projets qui seront conduits d’un commun accord pour donner vie à la Charte. Des conventions d’application sont également proposées aux autres collectivités territoriales, aux chambres consulaires et à d’autres acteurs publics.

Désormais, le Parc national concentre ses moyens d’intervention en priorité sur les communes adhérentes : implication des agents de l’établissement au service des projets des communes, animations pédagogiques, subventions et ingénierie financière, organisation d’événements, contribution à la promotion et à la valorisation des patrimoines, etc. D’importants moyens financiers sont par ailleurs prévus au titre de la programmation européenne 2014-2020 en faveur des mesures de la Charte.