Parc national de la Réunion
-A +A
Share
Le 09/03/2022
En mars dernier, le Parc national et huit agriculteurs se sont rencontrés pour échanger dans la forêt de Mare Longue, à Saint Philippe.
© Lucie Maurel, Parc national de La Réunion

Le Plan d’Action Concertées de Mare Longue, un fil directeur

Le Plan d’Actions Concertées de Mare Longue traduit une vision commune : « La forêt de Mare Longue est vivante et préservée, abritant une biodiversité exceptionnelle à l’échelle des Mascareignes et fournissant aux populations un précieux espace de ressourcement et d’activités créatrices de richesse ». Parmi les objectifs du PAC, figurent la création de lien entre les acteurs de territoire, le développement de projets agroécologiques et agroforestiers et la sensibilisation aux enjeux de conservation.

C’est dans ce cadre qu’agriculteurs, agricultrices et Parc national sont emmenés à échanger depuis un an. Une part importante du territoire de Saint Philippe étant forestière, les parcelles agricoles jouxtent souvent la forêt. Bon nombre d’agriculteurs sont d’ailleurs également propriétaires forestiers, et préoccupés par les reliques d’arbres endémiques sur leur terrain. Partant de ce constat, une journée autour des liens agriculture et forêt a été proposée.

 

Quel intérêt de la forêt pour un agriculteur ? Quel intérêt de l’agriculture pour la forêt ?

C’est sur le sentier botanique de Mare Longue que gestionnaires de milieux naturels (le Parc national) et agriculteurs, agricultrices se sont rassemblés. L’occasion de se rencontrer, de mieux se connaître, de comprendre le travail et les problématiques de chacun, et de mieux connaître la forêt avec laquelle les participants interagissent d’une manière ou d’une autre au quotidien. Des plus jeunes aux plus âgés ; des futurs paysans aux agriculteurs aguerris de plusieurs générations de savoir-faire, en passant par des agriculteurs en cours d’installation : tous ont partagé leurs expériences, leurs projets.

Attachés aux détails, curieux du fonctionnement écologique de la forêt, les participants s’accroupissent pour tenter de reconnaître l’arbre en devenir dans la petite plantule.

La fragilité des forêts endémiques face aux espèces exotiques envahissantes devient frappante dès lors que l’on regarde de plus près les écosystèmes. Ce sont ces mêmes espèces qui posent problème dans la gestion des cultures : le déséquilibre des écosystèmes naturels se ressent dans les activités humaines. La forêt offre par ailleurs ombrage, cadre de travail agréable, ressources et services de régulation : elle peut être un allié majeur pour celles et ceux qui travaillent la terre.