Parc national de la Réunion
-A +A
Share
Le 02/07/2019

La première marche du «Sentié maron de Grand Coude » a été dévoilée le 26 juin 2019.

Un véritable événement qui a eu lieu en présence du Maire de Saint-Joseph, du Directeur du Parc national, du Président de la Maison du Tourisme du Sud Sauvage, des représentants de l’État, du département, de La Région, de l'ONF, du secrétariat à l’aménagement des Hauts, des associations et des habitants de Grand Coude.

Pour Saint-Joseph, il s’agissait d’une orientation prioritaire permettant de rallier Grand Coude au Volcan. La réhabilitation de ce « sentié maron » permet de mettre en valeur le territoire de Grand Coude et de valoriser ses patrimoines naturels et culturels.

Le sentier qui relie Grand Coude au Morne Langevin reprend le tracé utilisé de coutume par les marons et les habitants habitués pour rallier le volcan.

La réhabilitation du sentier s’inscrit dans le projet « Les portes et chemins de découverte du Parc national», porté par la commune de Saint-Joseph en partenariat avec les acteurs du territoires. La commune a recruté un chef de projet sur le financement FEADER dédié. Les travaux d’aménagement seront réalisés dans le cadre d’un Atelier Chantier d’Insertion avec une équipe de 8 agents. Ils seront encadrés par la Maison du Tourisme du Sud Sauvage, porteuse du projet et l’ONF. Ils devraient se terminer le 31 mai 2021.

 

« Une porte qui s'ouvre vers le volcan, oui, mais dans le respect des espèces végétales grâce à la station de biosécurité »

Ville de Saint-Joseph

 

Les plantes invasives sont la première menace de la biodiversité de l’île de La Réunion. Le massif traversé par le nouvel itinéraire est actuellement en très bon état de conservation.

Pour éviter l’introduction de nouvelles espèces invasives, un prototype de station de biosécurité, destiné aux ouvriers et visiteurs du chantier, a été mis en place.

Le dispositif permet de réaliser le nettoyage, sur site, des chaussures et des autres équipements pouvant contenir des graines et des morceaux de plantes invasives. Il est conçu en partenariat avec le Conseil départemental et l'ONF. Il s'agit d'une phase expérimentale. À terme, des stations de biosécurité, à destination du grand public, pourraient être déployées sur certains sentiers touristiques de l'île.

Le directeur du Parc national et le maire de Saint-Joseph © Cléa Deliron - Parc national de La Réunion
Le directeur du Parc national et le maire de Saint-Joseph © Cléa Deliron - Parc national de La Réunion