Parc national de la Réunion
-A +A
Share
Le 04/07/2018
Charte

Ce mercredi 28 juin 2018, le Directeur du Parc national de La Réunion, Jean-Philippe Delorme et le Maire de la commune des Avirons, René Mondon, se sont réunis au Tévelave afin de sceller l'accord des deux partenaires sur la Charte du parc national.

 

Les Hauts des Avirons , le Tévelave : un village urbain avec une âme des hauts

Espaces témoins de l’âme réunionnaise, les Hauts contribuent à l’originalité et à l’attractivité de l’île tant par leurs caractéristiques géographiques que par leur composante humaine. Erigée en commune en 1894, le territoire des Avirons s’étire de l’Océan avec sa pointe rocheuse « la pointe des Avirons » aux remparts de Cilaos à 2 500 m d’altitude, séparée de Saint-Leu au nord par la Ravine des Avirons et de l’Etang-Salé, au sud, par la ravine Rénone. La Commune compte une superficie d’environ 2 700 hectares.
La végétation s’étage en quatre zones :

  • la zone littorale, bien qu’irriguée (bras de Cilaos), est peu cultivée ;
  • entre la côte 350 et 700 mètres, on trouve deux zones agricoles cultivées sen canne à sucre et fourrages ainsi qu’une zone orientée sur l’élevage porcin ;
  • une zone à vocation agro-pastorale jusqu’à 1000 m ;
  • une zone forestière (cryptomérias, bois de couleur,tamarins) au-delà 1000m.

 

Une richesse inestimable

C'est dans les hauts, avec la grande forêt, que les Avirons donne sa pleine mesure. L'altitude augmentant vite, le climat devient propice à toutes les activités agricoles de l'arrière-pays : canne à sucre, maraîchage, cultures fruitières mais aussi élevage : porcs, bovins, ovins, caprins, volailles, et même des sangliers.

 

Le Tévelave, labellisé « Villages Créoles »

Le Tévelave est l’atout majeur touristique des Avirons. La richesse de ses forêts primaires et son histoire construite par la passion des hommes en contact direct avec la Nature en font un des recoins des hauts de la Réunions qui a le plus préservé ses traditions ancestrales. C’est cette nature exceptionnelle qui forge, depuis des millénaires, l’identité de la Réunion.

Autour de sa petite église, le village du Tévelave est connu depuis longtemps pour offrir aux visiteurs un changement d'air, avec ses nombreuses balades en forêt et points de vue sur la région. C’est ce qui a d’ailleurs permis au coin de s'ouvrir au tourisme, de proposer des gîtes, fermes-auberges et tables d'hôtes authentiques, le Tévelave étant bien à l'écart des circuits habituels. C’est aussi le village natal de Thérésien Cadet (1937-1987), un botaniste qui a contribué de manière significative à la connaissance de la flore de l’île et à la compréhension de l’organisation de la végétation naturelle.

 

Principale tamarineraie de l’île

Ses forêts de Bois de couleurs et de Tamarins sont une ressource exceptionnelle car elles fournissent un bois de qualité : le Tamarin des hauts qui fait la fierté de l’ébénisterie créole et a le privilège de posséder des espaces naturellement protégés qui recèlent, selon l’altitude, de nombreuses espèces végétales indigènes et endémiques.

 

La volonté d’agir pour faire du Tévelave une destination à part entière via l’identification d’une trajectoire « Porte de Parc » du littoral vers la forêt, au-delà du Tévelave et pour promouvoir le cadre de vie et la découverte des richesses du territoire justifie grandement l’adhésion de la Commune des Avirons à la Charte du parc national. Le village de Tévelave est la porte d'accès à la route forestière des Tamarins. Cette dernière relie le Tévelave à la Petite France et la route du Maïdo dans les hauts de Saint-Paul. Longue de quelque 30 kilomètres, elle invite à s’installer sur des aires de pique-nique aux vues imprenables, et qui permettent d’apprécier la magie des lieux et la tranquillité des ombrages forestiers.
Elle recèle des sites de détente de choix, au détour d’un lacet : l’observatoire des Papangues s’impose, permettant de voir des busards de La Réunion. Il est possible aussi de parcourir "le sentier des ouvriers" qui déambule à travers une faune et une flore endémiques bien préservées comme le calumet des hauts.

 

La stratégie de développement de la Commune des Avirons

La Commune souhaite affirmer sa vocation résidentielle tout en cherchant à valoriser ses atouts indéniables de par ses potentialités naturelles. Aussi, l’enjeu est de garantir le développement communal en accompagnant l’apport de population via une offre correcte en équipements et services publics mais aussi en valorisant le potentiel touristique des Hauts afin d’en faire une « DESTINATION » via l’identification d’une trajectoire porte de parc, du littoral vers la forêt du Tévelave. Le principal enjeu du développement économique et touristique se trouve ainsi dans la valorisation et la promotion du cadre de vie.

Axe 1 : Développer une offre d'activités

  • par la mise en valeur des sentiers de randonnée
  • par la mise en valeur de l’aire de pique-nique
  • par la création d’une activité de loisirs à partir du patrimoine forestier
  • par la mise en lumière du territoire

 

Axe 2 : Qualifier et améliorer l’offre touristique

  • par la mise en valeur des activités traditionnelles
  • par la valorisation des produits locaux et les plantes endémiques
  • par l’amélioration de la signalétique et de la communication

 

Axe 3 : Créer un axe « du battant des lames au sommet de la montagne »

  • valorisation de la route départementale qui mène au Tévelave (à mi-hauteur créer une zone de plein-air halte-relais avec activité de randonnée)
  • développement de l’axe qui mène au Maido (RF avec Maïdo et les Makes et la forêt de l’Etang Salé)

 

Axe 4 : Promouvoir le volet historique

  • réhabilitation de l’éco-musée
  • communication sur l’histoire
Un agent du Parc national présente les projets partenariaux
Un agent du Parc national présente les projets partenariaux © Commune des Avirons - Laurent Lucas