Parc national de la Réunion
-A +A
Share
Le 31/05/2022
Charte
Saint-Denis s’est engagée depuis 2016 en faveur d’un projet de territoire partagé, en adhérant à la charte du Parc national de La Réunion. En signant la convention d’application, la Ville-jardin « capitale » de La Réunion réitère cet engagement pour 5 ans.
Signature de la convention entre Saint-Denis et le Parc national de La Réunion

Ce mardi 31 mai, élus de la Ville de Saint-Denis et le Parc national de La Réunion se sont réunis pour signer une nouvelle convention, près de la Rivière Saint-Denis, corridor écologique de la commune.

 

Quel est le but de cette convention ?

La Ville et le Parc continueront à travailler ensemble pour valoriser et préserver la biodiversité dans les zones les plus sensibles de Saint-Denis, mais aussi pour favoriser la transition écologique. Un projet qui recherche le meilleur équilibre entre la nécessaire préservation des espaces remarquables et le développement des activités humaines.

 

La protection de la biodiversité et la transition écologique : un projet de territoire et un projet de société

La charte du Parc national constitue un véritable projet de territoire pour les Hauts de l’île, projet qui s’articule autour de 4 enjeux majeurs :

  • préserver la diversité des paysages et accompagner leurs évolutions,
  • inverser la tendance à la perte de biodiversité,
  • valoriser le patrimoine culturel des Hauts et assurer la transmission de ses valeurs,
  • impulser une dynamique de développement économique pour les Hauts.
  • Un enjeu transversal complète ces enjeux thématiques, autour de l’éducation, la sensibilisation et la communication.
  •  

Des engagements et des actions en faveur de la biodiversité et de la transition écologique

La convention s’appliquera sur la partie du territoire communal incluse dans le Parc (cœur du Parc et aire d’adhésion).

 

La Ville de Saint-Denis s’engage ainsi (dans la limite de ses moyens) à :

  • prendre en compte les objectifs de protection des patrimoines naturel, culturel et paysager et les orientations de protection, de mise en valeur et de développement durable définis par la charte, dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique communale,
  • associer le Parc national à la réflexion sur les documents de planification et sur les projets d’aménagement et de développement local qu’elle porte susceptibles de concerner les Hauts,
  • porter une ambition d’ excellence environnementale, pour la conduite des projets réalisés sous sa maîtrise d’ouvrage, en s’appuyant notamment sur la réglementation spéciale du cœur du Parc national et en contribuant à la faire respecter,
  • apporter un appui au Parc national pour la réalisation d’actions concourant à la mise en œuvre de la charte et de son projet d’établissement,
  • encourager sur son territoire les démarches et projets favorables à la préservation et à la valorisation durable des patrimoines naturel, culturel et paysager du Parc national (cœur et aire d’adhésion).

 

Le Parc national s’engage également, dans les mêmes limites, à :

  • prendre en compte les attentes de la Ville pour l’ aire d’adhésion et pour sensibiliser différents publics aux enjeux partagés, à l’associer étroitement à l’élaboration et la mise en œuvre des projets qui la concernent,
  • accompagner la Ville et les acteurs du territoire communal pour la réalisation des actions définies conjointement et concourant à la mise en œuvre de la charte et du projet d’établissement du Parc national,
  • apporter à la Ville une expertise et un appui techniques en matière de patrimoine naturel, culturel et paysager dans la conduite des documents de planification et des projets d’aménagement et de développement local qu’elle porte,
  • proposer des interventions au bénéfice du Conseil municipal et/ou des services de la Commune portant sur l’avancement de la charte, les enjeux du territoire et les actions conduites.

 

 

 

Exemples de partenariats envisagés

La Ville de Saint-Denis et le Parc national envisagent des partenariats autour de :

  • l’organisation de la lutte contre les espèces exotiques envahissantes,
  • la mise en valeur de friches agricoles,
  • l’animation territoriale du massif de la Roche Ecrite,
  • la plantation d’espèces indigènes, l’amélioration de l’éclairage public (abaissement de la puissance ou extinction, etc.),
  • la mise en œuvre d’un Programme Alimentaire Territorial (PAT) urbain, etc