Parc national de la Réunion
-A +A
Share

Le survol motorisé

Le cœur du parc national abrite plusieurs espèces d’oiseaux endémiques en danger d’extinction, qui doivent être préservées de toute nuisance, particulièrement sur leurs sites de reproduction et de nidification, afin de favoriser leur sauvegarde.

Aussi, le Parc national a fixé des règles pour limiter et encadrer le survol motorisé au-dessus des zones les plus fragiles pour l’avifaune réunionnaise.

Aux fins de protection de l’Echenilleur de La Réunion (Tuit-tuit) et de préservation de la quiétude des lieux, l’arrêté n° DIR/2015-03 du Directeur du Parc national encadre le survol motorisé du massif de la Roche Ecrite :

  • Dans la zone la plus favorable au Tuit-tuit (zone 1 définie par la carte annexée à l’arrêté), le survol motorisé, ainsi que la dépose et la reprise de matériels ou de personnes en hélicoptère, sont soumis à autorisation préalable du Directeur du Parc national, tout au long de l’année. Cette autorisation ne peut être accordée que dans les cas prévus par l’arrêté.
  • Dans la zone de végétation éricoïde (zone 2 définie par la carte annexée à l’arrêté), les mêmes modalités s’appliquent, mais uniquement du 1er août au 31 mars, qui correspond à la période de reproduction et de nidification du Tuit-tuit.

L’arrêté précise le contenu du dossier de demande d’autorisation, qui doit être déposé dans un délai minimum de 15 jours avant la date prévue pour le début des opérations envisagées.

Aux fins de protection du Pétrel de Barau et du Pétrel noir de Bourbon, l’arrêté n° DIR/2015-04 du Directeur du Parc national encadre le survol motorisé du massif du Piton des neiges du 1er septembre au 30 avril, qui correspond à la période de présence des pétrels sur l’île :

  • Au-dessus des zones de présence en cœur de parc (zone 1a définie par la carte annexée à l’arrêté), le survol motorisé, ainsi que la dépose et la reprise de matériels ou de personnes en hélicoptère, sont soumis à autorisation préalable du Directeur du Parc national, à toute heure du jour et de la nuit. Cette autorisation ne peut être accordée que dans les cas prévus par l’arrêté.
  • Dans les corridors écologiques (zone 2a définie par la carte annexée à l’arrêté), les mêmes modalités s’appliquent, mais uniquement de 2 heures avant le coucher du soleil et jusqu’au lever du soleil.

L’arrêté recommande en outre de respecter ces mêmes dispositions dans les zones de présence et les corridors écologiques hors du cœur de parc (respectivement zones 1b et 2b définies par la carte annexée à l’arrêté).

L’arrêté précise le contenu du dossier de demande d’autorisation, qui doit être déposé dans un délai minimum de 15 jours avant la date prévue pour le début des opérations envisagées.