Parc national de la Réunion
-A +A
Share

Les rats

Capture de rat dans le cadre du programme d'elimination des predateurs de l'avifaune protegee
Capture de rat dans le cadre du programme d'élimination des prédateurs de l'avifaune protégée - © Fanny Barbé
Mondialement réputés comme vecteurs de nombreuses maladies, les rats ont colonisé l'île dès l'arrivée des premiers hommes. Ils représentent une menace élevée à l'échelle mondiale, car ils sont la cause de disparition de nombreuses espèces, notamment sur les îles.

A La Réunion, deux espèces se sont installées : Ratus ratus et Ratus norvegicus. Sources de désagréments pour le milieu agricole et de problèmes sanitaires pour l'homme, leur impact sur la biodiversité est conséquent. Ils ont fortement contribué à l'extinction de plusieurs espèces réunionnaises (oiseaux, reptiles …) et ont failli être à l'origine de la disparition de l'Échenilleur de La Réunion (Tuit-tuit). Ce sont des efforts considérables et renouvelés qui sont mis en oeuvre chaque année pour installer des postes d'appâtage empoisonnés dans les forêts, dans lesquelles subsiste la dernière population de cet oiseau. Le Parc national de La Réunion travaille avec les associations de protection de la nature pour continuellement améliorer et optimiser les méthodes de contrôle des rats, et éviter les empoisonnements secondaires des espèces non-cibles.

A savoir que la méthode « Mainland Island », instaurée dans le cadre du programme LIFE+ CAPDOM, permet, désormais, le maintien d'une zone sans rat en entretenant une ceinture chimique isolant la population et empêchant le retour des rongeurs. Ces actions sont effectivement très favorables puisqu'elles ont permis l'envol de plus de 100 jeunes Tuit-tuit en moins de 10 ans.
 

Les rats restent encore des menaces pour un grand nombre d'espèces réunionnaises, y compris, les pétrels et certaines plantes.